4 Mai 2017

Lettre ouverte : le mépris du ministre Barrette

Saint-Jean-sur-Richelieu

4 mai 2017

LE MÉPRIS DU MINISTRE BARRETTE

Monsieur le directeur,

Comme vous l’avez si bien relevé dans votre dernière édition, il aura fallu onze ans pour planifier et réaliser les travaux d’agrandissement de l’Hôpital du Haut-Richelieu. Durant toutes ces années, des dizaines de personnes se sont succédées pour faire avancer un projet complexe et techniquement difficile à réaliser. La population du Haut-Richelieu-Rouville a attendu avec impatience ce grand moment. Tous les membres du personnel avaient particulièrement hâte de prendre part à cette réussite collective. Or, Gaétan Barrette a délibérément gâché la fête.

Une annonce si importante et si attendue est, règle générale, annoncée un peu d’avance. D’abord pour permettre à l’administration d’organiser l’évènement, et ensuite, pour permettre d’inviter l’ensemble des collaborateurs présents et passés. Gaétan Barrette a annoncé sa visite officiellement la veille, en fin d’après-midi. Il s’en trouve que jamais les membres du personnel et les médecins de l’Hôpital n’ont été avisés de la présence du ministre. Voilà près de 8 ans que j’ai le privilège d’être député de Saint-Jean à l’Assemblée nationale et jamais encore je n’avais été témoin d’une telle scène. Pourquoi Gaétan Barrette est venu à Saint-Jean-sur-Richelieu dans la précipitation en omettant d’inviter les gens qui oeuvreront à tous les jours pour la santé des citoyens dans cette nouvelle installation?

Monsieur Barrette, j’ai envie de vous dire que mes concitoyens ne sont pas dupes : ils savent bien que vous avez coupé les laboratoires et que, par vos réformes, vous avez centralisé les décisions à l’Hôpital Charles-Lemoyne au détriment de notre institution. Lors de l’inauguration, vous avez pris la parole devant une grande salle pleine de chaises vides. J’espère que vous avez honte : un hôpital neuf sans ses préposés, auxiliaires, infirmiers, médecins et professionnels motivés et fiers de travailler pour offrir des soins de qualité et dans l’objectif de sauver des vies, ce n’est pas un hôpital. Cela démontre tout le mépris que vous portez envers notre communauté. Vous avez prétendu que le projet Optilab était une « opportunité » pour l’Hôpital du Haut-Richelieu. Je suppose que votre visite impromptue, sous haute sécurité, n’avait rien à voir avec votre peur de manifestations. En politique, il faut avoir le courage de ses convictions.

Je profite de l’occasion pour rappeler que j’appuie, depuis ma toute première élection, la création d’un Centre mère-enfant à l’Hôpital du Haut-Richelieu. Toutefois, soyons clairs: le Centre mère-enfant ne doit pas se faire au détriment de véritables laboratoires. Nous savons tous que nous avons besoin d’analyses fiables et rapides pour poser de meilleurs diagnostics. Encore une fois, monsieur le ministre, vous avez manqué une belle opportunité pour démontrer que vous vous souciez réellement de la santé des citoyens du Haut-Richelieu-Rouville. Pourquoi ne pas avoir annoncé le Centre mère-enfant et de véritables laboratoires?

Le système de santé ce n’est pas l’histoire que d’un seul ministre qui joue au bon docteur libéral, c’est aussi et souvent une histoire de réussite collective. Monsieur le ministre, vous auriez très bien pu vous passer de vos commentaires partisans exacerbés lors de l’inauguration d’un projet qui n’a pas de couleur politique. L’Hôpital du Haut-Richelieu soignera tous les citoyens qui en auront besoin qu’ils aient voté rouge, bleu, violet, orange ou vert. Vous avez été à la hauteur de votre arrogance habituelle et votre attitude était, à mon avis, indigne d’une fonction qui demande d’être au service de tous les citoyens du Québec.

 

Dave Turcotte

Député de Saint-Jean