Dave Turcotte

Député de Saint-Jean

Famille
mercredi 9 mai, 2018
Facebook

POUR NOS CPE

Un gouvernement du Parti Québécois mettra en place quatre mesures visant à faciliter l’accès aux services de garde éducatifs et à alléger le fardeau fiscal des familles :

  • Abolition de la taxe famille : retour à un tarif unique de 8,05 $ pour le premier enfant dans les CPE et les services déjà subventionnés, et de 4 $ pour le deuxième enfant. Ce sera gratuit pour le troisième et les suivants.
  • Allégement des tarifs pour les familles éligibles au crédit d’impôt pour solidarité. Plus de 85 000 enfants seront visés par cette mesure.
  • Accès sans frais pour les familles dont le revenu est inférieur à 34 000 $.
  • Création accélérée de places en CPE.

Abolition de la taxe famille

« Le choc causé par la taxe famille a été ressenti par de nombreux parents de la classe moyenne. En abolissant cette taxe, c’est plus de 100 millions de dollars qui retourneront dans leurs poches. Nous rétablirons un tarif unique à 8,05 $. Pour un deuxième enfant, le tarif sera à 4 $ par jour. À partir du troisième enfant, nous instaurerons la gratuité. Les familles ont s ubi de nombreuses augmentations de tarifs de toutes sortes sous le gouvernement libéral; il faut leur donner de l’oxygène. Afin de répondre à la demande, nous accélérerons également le développement de places en CPE », a ajouté Véronique Hivon.

« L’égalité des chances est essentielle. Chaque enfant doit avoir toutes les chances de son côté, peu importe le milieu d’où il vient. Il doit avoir tous les outils en main dès son arrivée à l’école, afin de favoriser sa réussite. C’est l’engagement qu’a pris le Parti Québécois, et c’est pourquoi je reviens au sein de son équipe : afin de présenter le meilleur plan possible pour les enfants et les familles du Québec », a conclu Camil Bouchard.

 

POUR UN SERVICE DE GARDE SCOLAIRE SUR L'ÎLE SAINTE-THÉRÈSE

Le député de Saint-Jean à l’Assemblée nationale, Dave Turcotte, et la conseillère municipale du district 12 de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, Maryline Charbonneau, annoncent le lancement d’une pétition sur le site internet de l’Assemblée nationale pour offrir un service de garde scolaire sur l’île Sainte-Thérèse. La pétition, disponible dès maintenant, réclame au gouvernement du Québec de prendre action afin de donner suite à la demande des parents des enfants de l’île Sainte-Thérèse et des environs afin d’offrir un service de garde en milieu scolaire sur l’île Sainte-Thérèse de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

« Lorsque les parents m’ont approché pour parrainer la pétition sur le site de l’Assemblée nationale, je n’ai pas hésité à appuyer leurs démarches. Je suis fier de travailler avec cette mobilisation citoyenne et les instances impliquées pour protéger et améliorer la qualité de vie des familles de la circonscription », de déclarer le député Dave Turcotte.

« Pour ma famille, un service de garde à proximité de notre résidence familiale nous permettrait de récupérer approximativement 50 minutes par soir. Ce temps pourrait être accordé aux devoirs et le

çons de nos garçons, voir même à une activité sportive après l’école. Nous pourrions également bénéficier du service de garde le matin ce qui, en ce moment, nous est impossible. Comme parents travaillant à Montréal, pour le même employeur, mon conjoint et moi pourrions à nouveau covoiturer pour aller au travail. Un service de garde à proximité, c’est un cadeau inestimable pour notre famille, pour l’avenir de nos fils », d’expliquer Caroline Durand, maman et résidente de l’île Sainte-Thérèse.

La pétition sera disponible sur le site internet de l’Assemblée nationale jusqu’au 8 juin 2018. Pour signer ou consulter la pétition, vous pouvez visiter le https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7337/index.html.

POUR PLUS DE SÉCURITÉ SUR LE BOULEVARD SAINT-LUC

Toujours soucieux d’améliorer la qualité de vie des familles et des résidents du secteur Saint-Luc, le député de Saint-Jean à l’Assemblée nationale, Dave Turcotte, a entamé des démarches, plus tôt cette année, avec le Ministère des Transports (MTQ) afin de sensibiliser ce dernier à l’importance de la sécurité des piétons et des cyclistes sur le boulevard Saint-Luc (route 104).

Le député considère que cet enjeu est d’autant plus crucial maintenant puisqu’il y a une croissance de la circulation sur cette artère. Dave Turcotte note qu’il y a toujours le projet de passerelle, au-dessus de l’autoroute 35, pour joindre les deux secteurs Saint-Luc. Le député observe également que plusieurs projets commerciaux, qu’une importante résidence pour aînés, que deux édifices scolaires, qu’une bibliothèque municipale, que plusieurs jeunes familles et qu’Handi-Logement se trouvent en périphérie de cette artère névralgique. Finalement, Dave Turcotte mentionne la volonté de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu de procéder à l’urbanisation du tronçon du boulevard Saint-Luc qui relève de sa juridiction (entre la route 223 et l’autoroute 35).  « On le voit, ça bouge beaucoup à Saint-Luc. Nous devons avoir à l’esprit que la qualité de vie des citoyens et de leur sécurité doit être nos priorités. Mon intervention d’aujourd’hui va clairement en ce sens », d’insister le député.

Accident

La démarche du député auprès du MTQ a été entamée à la suite d’une requête d’une citoyenne engagée, Lucie Bourassa, qui a été victime d’un accident le 22 janvier dernier, vers 18h, à l’intersection de la route 104 et du boulevard de la Mairie. Lors de cet incident, un automobiliste, immobilisé du côté du centre commercial, s’est engagé dans l’intersection vers la gauche dans l’objectif de prendre le boulevard Saint-Luc vers La Prairie. Or, le feu pour piéton permettait de traverser l’intersection au même moment. La citoyenne a été heurtée par le parechoc de la voiture. Ce choc a causé une fracture et une convalescence de plusieurs semaines. Notons aussi qu’à l’été 2016, un cycliste a été heurté à la même intersection. Ces derniers évènements ont, par chance, provoqué que des blessures considérées comme mineures. « Nous voulons surtout éviter qu’une situation plus grave se produise. C’est pourquoi mon équipe et moi sommes rapidement intervenus auprès du MTQ », d’informer Dave Turcotte.

Démarches

À la suite des démarches du député, le ministère a procédé à une analyse de l’intersection. Cette analyse a démontré que la situation actuelle respectait les normes du MTQ, mais que certaines améliorations pouvaient être apportées afin d’améliorer la sécurité des piétons. Le ministère indique aussi que des solutions, dont des modifications au phasage, seront évaluées pour améliorer la sécurité. « Je souhaite que le phasage soit revu à l’intersection du boulevard de la Mairie pour permettre une traverse sécuritaire et sans risque, mais au-delà de cette intersection, nous devons aussi demander qu’une évaluation complète soit effectuée sur toutes les autres intersections du boulevard Saint-Luc situées dans la zone urbaine sous la juridiction du gouvernement du Québec », de réclamer Dave Turcotte.

« Par ailleurs, si une modification au phasage à l’intersection du boulevard Saint-Luc et de la Mairie n’est techniquement pas possible, parce l’équipement ne le permet pas, nous demandons que le MTQ change les feux de circulation. À mon avis la sécurité de nos familles, de nos aînés et des gens à mobilité réduite, ce n’est pas négociable », d’estimer Dave Turcotte.

Dave Turcotte entend continuer ses actions pour la sécurité et la qualité de vie des résidents du secteur Saint-Luc. Le député estime que le MTQ a fait un pas dans la bonne direction en reconnaissant que des améliorations étaient possibles, mais il demande, du même souffle, que ces améliorations soient apportées rapidement, et ce, pour éviter d’autres accidents et pour la sécurité de nos familles et de nos aînés.

LE GRAND DÉBLOCAGE SUR NOS ROUTES

Visitez notre section sur ce sujet en cliquant ici.