Dave Turcotte

Député de Saint-Jean

Agriculture - « Il faut défendre nos agriculteurs contre Donald Trump et trouver des solutions justes pour une fiscalité foncière agricole durable » - Dave Turcotte
jeudi 21 juin, 2018
Facebook
Twitter

Saint-Jean-sur-Richelieu, le 21 juin 2018 – Alors que les attaques protectionnistes des États-Unis se multiplient, le député de Saint-Jean à l’Assemblée nationale, Dave Turcotte, dénonce que le gouvernement libéral et la CAQ de François Legault aient abandonné les producteurs laitiers et les agriculteurs du Québec. Rappelons qu’à la demande du député, le chef de l’opposition officielle a proposé une motion à l’Assemblée nationale, le 12 juin dernier, pour appuyer la gestion de l’offre. La motion a été rejetée par le gouvernement libéral et la CAQ de François Legault.

« Au moment où Donald Trump nous impose une guerre commerciale, le gouvernement libéral et la CAQ envoient le message qu’ils sont prêts à accepter que les agriculteurs et le Québec servent de monnaie d’échange en refusant de fermer la porte à d’éventuelles concessions dans la gestion de l’offre, alors que la pérennité de notre production laitière en dépend. Soulignons que cette industrie a déjà fait les frais des deux dernières rondes de négociation de libre-échange; à l’heure actuelle, les producteurs sont aux prises avec un manque à gagner de 30 000 $ par année, en moyenne », d’expliquer le député de Saint-Jean.

Le député de Saint-Jean s’inquiète, car tout indique que de nouveau, les fermes laitières du Québec et nos producteurs ne feront pas le poids face aux attaques des États-Unis contre notre système de gestion de l’offre. « Le Canada a fait son choix : les autres provinces avant le Québec. Souvenons-nous qu’il a déjà sacrifié les fromagers québécois au profit du bœuf de l’Ouest, et ce, avec la complicité du Parti libéral et l’appui de la CAQ. Et les Américains, qui ont déjà bénéficié de certaines largesses d’Ottawa quant aux importations laitières, en veulent toujours davantage. Résultat : on peut s’attendre à des ravages, à ce que les producteurs laitiers québécois soient abandonnés », de dénoncer Dave Turcotte.

La CAQ a-t-elle une crédibilité lorsqu’elle tente de défendre les agriculteurs? « Absolument pas. Même qu’elle a de plus en plus de difficulté à camoufler son discours anti-gestion de l’offre, que portent certains de ses candidats. Les Québécois sont fiers de leurs fermes familiales et de la qualité de leurs produits alimentaires; ils souhaitent que leurs représentants défendent bec et ongles notre agriculture et la gestion de l’offre dans sa forme actuelle. C’est ce que fera le gouvernement du Parti Québécois dès le 1er octobre prochain », de conclure Dave Turcotte.

Taxes foncières

Soulignons que Dave Turcotte a récemment participé, avec son collègue député de Berthier et porte-parole du Parti Québécois en matière d’agriculture, André Villeneuve, à une rencontre à Québec avec les producteurs de grains de la région. Le lendemain, Dave Turcotte a accueilli à l’Assemblée nationale l’ensemble de la délégation de producteurs de grains de partout au Québec. Puis, mardi dernier, le 19 juin, le député a participé à la manifestation de l’UPA Montérégie à Saint-Hyacinthe. Près de 200 agriculteurs et agricultrices de la Montérégie se sont mobilisés devant la direction régionale du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) pour demander au gouvernement de mettre en place des solutions durables afin de freiner l’augmentation du fardeau fiscal des entreprises agricoles. Notons aussi que les producteurs laitiers de la région ont été reçus par le caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie.

Plus tôt en mai, le gouvernement libéral a refusé d’appuyer la motion suivante présenté par le Parti Québécois: « Que l’Assemblée nationale demande au gouvernement de mettre fin au plafonnement du programme de crédit de taxes foncières agricoles tant qu’une entente pour une solution à long terme n’aura pas été conclue entre le gouvernement, les municipalités et les agriculteurs ».

« Ce n’est pas juste pour les agriculteurs. On taxe injustement leur outil de travail : leur terre. Nous devons revoir la fiscalité agricole pour tenir compte de l’augmentation de la valeur des terres et éviter la perte de nos fermes familiales », de soutenir Dave Turcotte.

Haut-Richelieu

La zone agricole représente près de 90 % de l’ensemble du territoire de la MRC du Haut-Richelieu. Selon les dernières données disponibles (2013) produites par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, 155 entreprises à production laitière pour des revenus annuels totaux de 55 730 596 $ et 16 entreprises à production avicole pour des revenus annuels totaux de 8 310 615 $ faisaient affaire dans la MRC du Haut-Richelieu. Au total, c’est plus de 600 entreprises agricoles qui faisaient affaire dans la MRC.

À DÉCOUVRIR