Dave Turcotte

Député de Saint-Jean

Dave Turcotte poursuit son travail pour la mobilité sur l’A-10
vendredi 16 février, 2018
Facebook
Twitter

Saint-Jean-sur-Richelieu, le 16 février 2018 – Le député de Saint-Jean à l’Assemblée nationale, Dave Turcotte, a finalement obtenu des réponses du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, André Fortin, au sujet des chantiers que souhaite mettre en place le député pour améliorer la fluidité sur l’autoroute 10.

Échangeur des autoroutes 10 et 35

Soucieux d’améliorer la qualité de vie des Johannais qui travaillent dans la région métropolitaine, Dave Turcotte souhaite trouver des solutions pour améliorer la fluidité sur l’autoroute 10. Le réaménagement de l’échangeur est l’une des solutions souhaitées par le député. En ce sens, le ministre Fortin a confirmé au député Dave Turcotte que « des honoraires professionnels sont inscrits à la programmation du Ministère pour l’année 2018 ». Dave Turcotte se réjouit de cette nouvelle et entend continuer ses démarches pour la fluidité et la sécurité de l’échangeur.

Voie réservée sur l’autoroute 10

Le ministre Fortin écrit au député que  « la responsabilité de la planification et du développement du transport collectif relève de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Le ministère tient un rôle d’exécutant dans ce projet ». Dave Turcotte commente : « Je suis particulièrement déçu de cette réponse, car je crois que le ministre ne prend pas ses responsabilités. Dans son titre de ministre, il y a la  » Mobilité durable « … Est-ce seulement pour faire joli ? », d’ironiser le député Dave Turcotte.

« Lorsque le ministre a été nommé cet automne, il a dit vouloir réduire la congestion routière afin d’améliorer la qualité de vie des travailleurs qui ont des familles. On avait de grands espoirs avec l’arrivée d’André Fortin, des espoirs qui s’envolent aussi vite que ces belles paroles », de poursuivre Dave Turcotte.

Dave Turcotte, lui, a l’intention de passer à l’action et de poser des gestes concrets pour améliorer le temps de parcours entre Saint-Jean et la région de Montréal, et ce, au bénéfice des travailleurs et des familles. Le député de Saint-Jean demandera donc à l’ARTM de compléter la voie réservée jusqu’au Dix-30 (à proximité de la future gare du REM) et aussi de modifier celle déjà réalisée pour faire un véritable corridor de transport collectif entre Saint-Jean et Montréal. « Puisque le ministre ne veut pas s’occuper du dossier, je vais m’adresser directement à l’ARTM et je vais mettre la pression nécessaire pour que Saint-Jean se fasse entendre », de continuer avec détermination Dave Turcotte.

Réseau express métropolitain (REM)

Le ministre confirme qu’il n’a pas l’intention de prolonger le REM jusqu’à l’autoroute 35. Les villes de Saint-Jean-sur-Richelieu et Chambly essuient donc un refus catégorique de la part du ministre libéral à leur demande. « Présentement le tracé du REM s’arrête à la limite de l’autoroute 30, de manière à orienter le développement urbain à l’intérieur du périmètre métropolitain et de permettre des mesures d’urbanisation qui favorisent une utilisation optimale du sol, des infrastructures et des équipements collectifs, le tout selon les orientations gouvernementales en matière d’aménagement du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal. Pour ce faire, il faut assurer une densité résidentielle dans l’aire d’influence du tracé du REM. Or, le corridor de l’autoroute 10 […] est situé hors du périmètre d’urbanisation », d’expliquer la réponse du ministre.

« Le gouvernement Couillard dit simplement non à Saint-Jean et Chambly, pas parce que c’est une mauvaise idée de prolongement le REM jusqu’à la 35, mais bien parce que son projet trop coûteux, réalisé avec trop peu de garanties, ne peut pas être financé sans densification résidentielle. C’est à se demander si le REM est réalisé pour les bonnes raisons? », de se questionner Dave Turcotte.

« Par sa réponse, le ministre vient de confirmer que les contribuables québécois ne vont pas construire le REM pour répondre aux réels besoins de transport collectif, mais plutôt construire un mauvais projet pour répondre à un modèle de financement de la Caisse de dépôts et de placements. C’est une autre aberration libérale, appuyée par la CAQ    », de dénoncer Dave Turcotte.

« Une chose est sûre : c’est que le gouvernement libéral et la CAQ ont mis tous les œufs dans le panier du REM en pensant que, comme par magie, la congestion allait disparaitre. Je vais continuer de demander une vraie voie réservée et un meilleur projet que le REM. Les députés caquiste d’Iberville et Chambly devraient en faire autant », de conseiller et conclure Dave Turcotte.

À DÉCOUVRIR