Dave Turcotte

Député de Saint-Jean

La protectrice du citoyen confirme de nouveau l’austérité libérale
jeudi 28 septembre, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 28 septembre 2017 – Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, la porte-parole en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, le porte-parole pour les aînés, Harold LeBel, ainsi que celui en matière de services sociaux, Dave Turcotte, ont dénoncé une nouvelle fois la réduction des services opérée par le gouvernement libéral sur le plan du soutien à domicile. À preuve, le nombre grandissant de plaintes et de cas de maltraitance de personnes aînées ou vivant avec un handicap dont fait état le plus récent rapport de la protectrice du citoyen.

EN BREF

  • L’opposition officielle dénonce fortement la réduction des services en soutien à domicile, ainsi que les cas de maltraitance concernant des personnes aînées ou vivant avec un handicap dont fait état le rapport de la protectrice.
  • Non seulement le ministre affiche un bilan catastrophique pour l’année courante mais, en plus, il échoue lamentablement à respecter les précédentes recommandations de la protectrice du citoyen.
  • L’opposition officielle propose un plan solide pour le soutien à domicile.

« La protectrice du citoyen dégonfle le ballon libéral quant à la fin de l’austérité toxique. Rappelons-nous que les libéraux ont choisi de réduire l’aide et le soutien aux personnes les plus vulnérables, alors qu’ils ont augmenté, encore, la rémunération des médecins et qu’ils cumulent des surplus. Le premier ministre et son gouvernement devraient avoir honte d’afficher ce bilan aujourd’hui, mais ils n’ont exprimé aucun regret. C’est déplorable », a déclaré le chef de l’opposition officielle.

« Une dame atteinte d’Alzheimer a vu ses services coupés de 8 heures par semaine. La maladie d’Alzheimer n’est pourtant pas réversible; les besoins augmentent, ils ne diminuent pas avec le temps! C’est un des exemples les plus flagrants soulevés par la protectrice du citoyen. De graves cas de maltraitance ont aussi été découverts. Il y a un nivellement par le bas, une réduction des services. Est-ce bien cela, la transformation du Québec promise par le premier ministre? », s’est pour sa part questionnée Diane Lamarre.

« Les cas de maltraitance touchant des personnes aînées dans des centres d’hébergement sont inacceptables. Les ressources doivent être au rendez-vous, certes, mais une réflexion plus large s’impose, puisque ces situations risquent de se multiplier. En effet, dans tout juste 13 ans, un Québécois sur quatre aura 65 ans ou plus », a rappelé Harold LeBel.

Le porte-parole souligne par ailleurs qu’il est paradoxal que cette nouvelle tombe au moment même où la ministre responsable des Aînés tient discrètement – sur invitation! – une consultation sur la politique Vieillir et vivre ensemble. « Les enjeux du vieillissement de la population et des conditions de vie des aînés méritent des actions immédiates et un vrai débat public, comme le réclament plusieurs groupes et les 15 000 signataires d’une pétition déposée la semaine dernière », a-t-il ajouté.

« Tout aussi inacceptable est l’augmentation marquée du nombre de plaintes concernant les personnes vivant avec un handicap physique ou intellectuel. Les cas soulevés portent gravement atteinte à la dignité de ces personnes. Des gestes concrets doivent être faits pour les soutenir, ainsi que leur famille », a renchéri Dave Turcotte.

Aucun progrès

Le ministre et même le premier ministre répètent inlassablement que 700 000 Québécois ont été inscrits à un médecin de famille sous leur gouvernement. Mais, dans son rapport, le Protecteur du citoyen révèle la vérité quant au guichet d’accès à un médecin de famille. « Les patients sont souvent sous-évalués; leur cote de priorité erronée fait en sorte qu’ils stagnent sur une liste d’attente, alors que leur état de santé requerrait une prise en charge urgente. Même lorsque leur cote est « A », soit la plus urgente, le Protecteur du citoyen rapporte que dans au moins une région du Québec, un patient doit attendre pas moins de 3 ans pour être pris en charge. Bref, non seulement le ministre affiche un bilan catastrophique pour l’année courante mais, en plus, il échoue lamentablement à respecter les précédentes recommandations de la protectrice du citoyen », a en outre déploré Diane Lamarre.

Plan solide pour le soutien à domicile

Rappelons que l’équipe du Parti Québécois a présenté, le 13 septembre dernier, le deuxième volet de son plan solide en santé, portant sur le soutien à domicile. Nos objectifs sont clairs : permettre aux personnes aînées ou vivant avec un handicap physique, une maladie mentale ou dégénérative de demeurer à la maison, tout en accompagnant adéquatement les proches aidants, et impliquer les professionnels de la santé, les entreprises d’économie sociale et les organismes communautaires.

Pour ce faire, nous comptons mettre les moyens nécessaires : au moins 100 M$ additionnels par année pendant 5 ans, soit 500 M$ de plus au total.

À DÉCOUVRIR